«

»

Fév 23

Donis de Nice a (enfin) pris sa chance

L’ANALYSE DU MATCH DE BERLIO*
Tassos Donis : retenez ce nom aux senteurs de moussaka car il peut s’avérer utile en fin de saison avec la blessure probablement grave d’Alassane Pléa, le meilleur buteur du Gym que le jeune joueur grec a remplacé juste avant la mi-temps (43e). Un bon quart d’heure après son entrée, Donis a réduit le score de fort belle manière, à la suite d’un joli mouvement avec Eysseric avant que ce dernier n’égalise pour l’OGC Nice (2-2) qui n’avait pas remonté deux buts d’écart depuis un match à… Monaco !
Ce point est un mal pour un bien car au vu du match, les deux équipes ont eu leur mi-temps, Rennes étant très agressif, avec un pressing haut, durant les 45 premières minutes, et un Amalfitano en feu. Et si Mubele n’avait pas vendangé le 3-0, seul devant Cardinale, Rennes n’aurait jamais été rejoint par le Gym, privé de Balotelli (alité) et, au vu du match, d’attaquants en cannes, à l’instar de Belhanda, transparent, et donc de Pléa, touché au genou.
Où j’en reviens à Anastasios (Tassos) Donis, 20 ans à peine que j’ai vu débarquer à Nice l’été dernier, prêté par la Juventus. J’étais au stade en juillet quand le Grec, prêté par la Juventus, a effectué son tout premier entraînement au parc des sports de l’Ouest. Ce qui m’a frappé d’entrée, c’est son aisance, son style. Pas très grand, 1,78 m, ni très costaud, Donis est élégant. Il a de qui tenir : Tassos, son père, est un ancien international grec, et son frère joue en pro, au Panathinaikos. Le gamin a du ballon !

La blessure de Plea

A 20 ans à peine, Donis, né en… Angleterre à Blackburn, où a joué le paternel, a déjà une petite carrière honnête, il s’est fait remarquer à la Primavera de la Juve (l’équipe B) et l’an passé, il a marqué 4 buts en 25 matches de division 1 suisse, à Lugano. Nice l’a récupéré pour être un joueur de complément, avec option d’achat. Là où je n’ai pas tout compris, compte tenu de son potentiel, c’est qu’il n’a presque pas joué jusqu’à cette mi-temps rennaise, où il a marqué (d’un joli coup de patte du droit) et montré ses qualités, de joueur incisif, tranchant, qui ose. Bien sûr, il manque encore de vécu et de puissance, mais Donis a un certain potentiel pour ne pas dire un potentiel certain.
Si Lucien Favre ne l’a jamais fait entrer en jeu, c’est qu’il devait gérer (et donc faire jouer) Balotelli et Pléa, qui sont bien sûr devant le Grec dans la hiérarchie. La blessure du second peut le mettre dans le jeu, car Donis est une option crédible autour de Balo à domicile, ou en pointe à l’extérieur. Comme on l’a vu à Rennes, le passage du Gym en 4-2-3-1 a rééquilibré l’équipe et Donis a eu des occasions de marquer. Nice va enchaîner cinq matches contre des équipes de fin de tableau en février-mars (à Lorient, contre Montpellier, à Dijon, contre Caen et à Nantes), et contre ce genre de formation aux abois, le Gym devra imposer son jeu, prendre des risques, jouer offensif. Tassos Donis a les moyens non pas de faire oublier Pléa, mais d’être une option crédible dans la rotation offensive rouge et noire pour coach Favre. A Rennes, le Suisse a eu un commentaire élogieux à son propos : “Il a marqué un beau but!”
*Berlio, journaliste, Niçois et chroniqueur d’OGCN.net
Partager

Au sujet de l'auteur

admin

Laisser un commentaire